Gingivite et gingivostomatite du chat

Qu’est ce que la gingivite et la gingivostomatite du chat ?

Les deux termes de « gingivite »  et « gingivostomatite »  ne sont pas interchangeables car ils ne représentent pas exactement la même chose. Ces deux entités correspondent certes à une inflammation à l’intérieur de la cavité buccale mais leur répartition et les tissus qu’elles concernent sont différents.

La gingivite correspond à l’inflammation de la gencive autour des dents uniquement, on voit un liseré rouge à la jonction entre la dent et la gencive, la gencive peut être gonflée et douloureuse. La rougeur ne s’étend pas plus loin que la gencive et la ligne muco-gingivale représente une limite qui permet de différencier la simple gingivite de la gingivostomatite. La gingivite est le stade le plus précoce de la maladie parodontale.

gingivite chez le chat
Gingivite chez un chat : fin liseré rouge sur la gencive le long de la dent

Dans le cadre d’une gingivostomatite (on parle aussi de complexe gingivostomatite chronique du chat ou CGSCF), l’inflammation concerne la gencive (comme pour la gingivite) mais s’étend aussi plus largement sur le reste de la muqueuse buccale (le tissu qui recouvre l’intérieur de la cavité buccale). La rougeur et le gonflement peuvent ainsi concerner les surfaces internes des lèvres, la langue, le palais, les arcs palato-glosses (replis de muqueuse allant de la base de la langue au palais, de chaque côté).

Gingivostomatite chez un chat
Gingivostomatite chez un chat : rougeur et gonflement de la gencive, du palais et des arcs palato-glosses

Origine de la gingivite et de la gingivostomatite ?

La gingivite du chat est le plus souvent causée par une infection bactérienne due aux bactéries de la plaque dentaire sur les dents et est généralement associée à une mauvaise hygiène bucco-dentaire. Lorsque des bactéries entrent en contact avec la gencive, elles peuvent pénétrer dans l’espace entre la gencive et la dent (appelé sillon gingivo-dentaire ou sulcus) et ainsi provoquer une réaction inflammatoire. Si elle n’est pas traitée, cette infection bactérienne du sulcus peut évoluer vers une perte de support dentaire (maladie parodontale).

Les causes de la gingivostomatite ne sont pas claires. Cette maladie semble causée par une réponse immunitaire excessive des tissus buccaux à une stimulation antigénique. Cette stimulation antigénique semble être induite par les bactéries présentes dans la plaque dentaire.
En parallèle, de nombreux facteurs prédisposants ont été citées comme notamment certaines maladies virales (calicivirus, herpèsvirus, FIV, FelV,…).

Quels sont les symptômes d’une gingivite ou d’une gingivostomatite ?

Pour la gingivite du chat, on note la présence d’une fine ligne rouge le long du bord des gencives, là où la gencive entre en contact avec la dent, il peut y avoir aussi un gonflement du tissu gingival et souvent une halitose (mauvaise haleine). Lorsque les dents sont brossées, les gencives enflammées peuvent se mettre à saigner.

Pour la gingivostomatite, l’inflammation (rougeur) de la gencive est plus étendue et concerne aussi la muqueuse. La gingivostomatite étant une forme plus grave que la simple gingivite, les lésions sont souvent très douloureuses provoquant en plus une baisse de l’appétit due à la douleur, un amaigrissement, le chat peut aussi se mettre à baver, à avoir mauvaise haleine et à devenir irritable ou présenter un comportement de retrait.
Le pelage du chat peut même apparaître négligé en raison du manque d’auto-toilettage (car il devient trop douloureux pour le chat).

Comment poser le diagnostic de gingivite ou gingivostomatite ?

Le diagnostic repose principalement sur les antécédents médicaux et les signes cliniques. Des analyses de sang et d’urine sont souvent recommandées pour rechercher toute maladie systémique sous-jacente. Des radiographies intra-orales (rayons X) sont prises pour déterminer s’il y a des dommages aux racines dentaires et autres structures de soutien.

Attitude thérapeutique face à la gingivite et à la gingivostomatite

Gingivite du chat :

Prévention : la meilleure prévention consiste à enlever régulièrement la plaque dentaire présente sur les dents, ce qui passe par le brossage des dents de son chat (pour cela, il est nécessaire d’utiliser un dentifrice spécial pour chat).
Toutefois, si un chat a déjà une gingivite bien avancée, le brossage peut être douloureux, il vaut mieux donc vérifier avant avec son vétérinaire pour voir si le brossage est possible. Les croquettes pour chat spéciales à visée dentaire permettent aussi la diminution de la plaque dentaire. 

Traitement : La gingivite peut être réversible. Le traitement va dépendre de la sévérité et de la cause sous-jacente. Il peut passer par un brossage, par l’utilisation de bains de bouche à la chlorhexidine à mettre dans l’eau de boisson (comme le VetAquadent par exemple), par l’usage d’antibiotiques, par un détartrage avec polissage des dents sous anesthésie (Il est important de nettoyer soigneusement les tissus sous la ligne des gencives pour éliminer toute plaque ou tartre accumulée et sera éventuellement accompagné d’extractions dentaires, si besoin), par l’utilisation de médicaments immunosuppresseurs.

Gingivostomatite du chat :

Prévention : il n’y a pas de prévention, le brossage est déconseillé chez les chats qui présentent déjà une gingivostomatite. Par contre, chez les chats sains, tout ce qui empêcher l’apparition de plaque dentaire (donc notamment le brossage, les croquettes spéciales « dents » ) est conseillé.

Le traitement de la gingivostomatite consiste à traiter la cause sous-jacente du problème s’il y en a une qui peut être identifiée. Le plus souvent, aucune cause spécifique n’est déterminée. Le traitement de cette affection buccale débilitante impliquera généralement l’une ou les deux options suivantes : prise en charge médicale et/ou prise en charge chirurgicale. Le choix se fera en fonction de l’étendue de la maladie. La prise en charge médicale consiste en l’utilisation de médicaments immunosuppresseurs (pour supprimer la réponse exacerbée du système immunitaire), d’antibiotiques (pour contrôler la prolifération des bactéries dans la bouche). La prise en charge chirurgicale correspond à l’extraction de certaines dents du chat. Les dents extraites sont généralement celles qui présentent des lésions ou qui sont en face des lésions inflammatoires. L’extraction de toutes les dents n’apporte pas forcément un avantage par rapport à l’extraction partielle (1).

Quel est le pronostic de la gingivite et de la stomatite?

Le pronostic de la gingivite seule est excellent, à condition de suivre les instructions de votre vétérinaire. l’état des gencives du chat s’améliore énormément suite au nettoyage des dents sous anesthésie suivi de l’instauration d’une routine de soins à domicile cohérente.

Le pronostic de la gingivostomatite varie en fonction de chaque chat et le plan de traitement doit être décidé au cas par cas. En cas d’extraction dentaire, les études ont montré 55% de guérison, 35% de forte amélioration et pas d’amélioration dans 10% des cas (2).

Bibliographie : 
1) J Am Vet Med Assoc 2015 Mar 15;246(6):654-60. doi: 10.2460/javma.246.6.654.
2) Hennet P. Chronic gingiva-stomatitis in cats: Long-term follow-up of 30 cases treated by dental extractions. J Vet Dent 1997; 14(1):15-21.


Cet article vous a plu ? 

Allez encore plus loin pour assurer la bonne santé de votre compagnon à 4 pattes en téléchargeant mon :

"Manuel des Premiers Secours pour Chats et Chiens" !

Manuel des premiers secours pour chats et chiens

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *